Vendredi le 14/05/2021
Cofinancement coopération canadienne : REnforcement de l’Agriculture IRriguée (REAGIR)

a. Qu’est-ce que REAGIR ?

REAGIR est une initiative du Programme de la Coopération canadienne au Mali dans le domaine de la sécurité alimentaire et du développement agricole et s’inscrit dans la mise en œuvre du Programme National d’Irrigation de Proximité (PNIP) à travers les projets/programmes de la Coopération allemande dans le domaine de l’irrigation de proximité. Le projet REAGIR est issu de la déclaration d’intention relative au financement conjoint du PNIP conclue le 21 mars 2014 entre le Ministère des Affaires Étrangères, de l’intégration Africaine et de la Coopération Internationale du Mali, le Ministère Fédéral de la Coopération Économique et du Développement de l’Allemagne (BMZ) et le Ministère des Affaires Étrangères du Commerce et du Développement du Canada (MAECD).

b. Quels sont les objectifs de REAGIR ?

Le Projet REAGIR vise la relance du développement économique et durable par l’agriculture irriguée afin d’accroitre la sécurité alimentaire et la création d’emplois par l’augmentation de la production et des revenus agricoles des populations bénéficiaires principalement dans les régions de Koulikoro (Cercles de Koulikoro, Banamba, Dioïla et la partie sud de Kati) et Mopti (Cercles de Bandiagara, Bankass et Koro pour le Pays Dogon ainsi que le Cercle de Youwarou pour le delta intérieur)

c. Quels sont les résultats attendus de REAGIR ?

Les principaux résultats attendus de REAGIR sont :
la construction d’au moins 59 micro-barrages sur environ 2 630 ha, dont 27 au Pays Dogon et 32 dans la région de Koulikoro ;
la réhabilitation de 36 micro-barrages sur environ 1 330 ha ; dont 20 au Pays Dogon et 16 dans la région de Koulikoro ;
la construction de 9 seuils d’épandage dont 3 seuils au Pays Dogon et 6 seuils dans la région de Koulikoro ;
la construction de 80 Périmètres Irrigués Villageois (PIV) d’une superficie totale de 3 200 ha et la consolidation de 96 PIV pour 3 840 ha dans le delta intérieur ;
l’aménagement de 20 nouvelles mares pour 4 000 ha et la consolidation de 20 autres mares pour une superficie totale de 4 000 ha dans le delta intérieur ;
la construction ou réhabilitation d’au moins 160 kilomètres de pistes rurales, dont 35 kilomètres au Pays Dogon et 125 dans la région de Koulikoro ;
la construction de 23 nouveaux magasins de stockage, d’une capacité totale de 2 100 tonnes ; dont 3 magasins de 500 tonnes dans le delta intérieur, 10 magasins de 30 tonnes en moyenne au Pays Dogon et 10 magasins de 30 tonnes en moyenne dans la région de Koulikoro ;
la construction d’ouvrages de protection des aménagements hydro-agricoles et de l’environnement, incluant la mise en place de mesures antiérosives, telles que les seuils d’épandage, des cordons pierreux et le reboisement sur 750 hectares, dont 250 ha au Pays Dogon et 500 ha dans la région de Koulikoro ;
la réalisation et la mise en œuvre des recommandations des études de préfaisabilité/faisabilité y compris l’évaluation des aspects environnementaux et sociaux pour les infrastructures ;
la mobilisation et l’accompagnement des populations bénéficiaires dans toutes les phases de réalisation et d’exploitation durable de ces infrastructures ;
l’appui aux organisations paysannes pour l’utilisation adéquate et pour l’exploitation durable des aménagements hydro-agricoles ;
la formation des bénéficiaires (producteurs et productrices, leurs organisations et agents de l’administration) sur diverses thématiques relatives à la production agricole durable, à la gestion de l’eau et de la fertilité des sols, aux techniques de protection des aménagements hydro agricoles et de lutte antiérosive, à la transformation et commercialisation des produits agricoles, à l’entrepreneuriat agricole, soit plus de 340 sessions de formations ;
l’élaboration de 3 modules de formation portant sur les meilleures techniques de conservation des eaux et leur mise à la disposition de 3 centres de formation agricole ;
l’élaboration des cartes thématiques avec des données d’impact sur la base d’un Système d’Information Géographique (SIG) ;
la formation et le recyclage des moto-pompistes par le Garage de Mécanisation Agricole de Diré ;
la mise en œuvre des mesures d’appui à la mécanisation agricole.

En résumé, ces actions contribueront à aménager, réhabiliter et consolider au moins 19 000 ha de nouvelles terres agricoles irriguées dont au moins 10 % seront réservées aux femmes. La production annuelle supplémentaire attendue est de près de 24 800 t de céréales, dont 19 000 t de riz et plus de 63 400 t de produits maraîchers.

d. Qui met en œuvre REAGIR ?

REAGIR est mis en œuvre sous forme de coopération déléguée avec la coopération allemande, notamment par ses agences GIZ dans le cadre de la coopération technique et KfW dans le cadre de la coopération financière (CF).
La tutelle nationale du projet est assurée au Ministère du Développement Rural (MDR) par la Direction Nationale du Génie Rural (DNGR).

Les actions de la coopération technique sont mises en œuvre par le Programme d’Appui au Sous-Secteur de l’Irrigation de Proximité (PASSIP) et celles de la coopération financière par les unités d’exécution IPRO-REAGIR.

e. Qui sont les bénéficiaires de REAGIR ?

A l’issue du programme :
près de 39 000 exploitations des régions de Mopti et Koulikoro (soit plus de 233 500 producteurs et productrices agricoles) bénéficieront directement des AHA construits, réhabilités et/ou mis en valeur et augmenteront ainsi leurs possibilités d’emplois et leurs revenus ;
environ 27 600 personnes (producteurs, productrices et agents de l’administration) bénéficieront des formations sur les différentes thématiques (techniques de production durable, gestion de l’eau et de la fertilité des sols, protection de l’environnement, transformation et commercialisation des produits agricoles, entreprenariats agricoles, etc. ;
plusieurs autres acteurs (prestataires de services publiques et privés, centres de formation agricole, commerçants, etc.) bénéficieront des actions et acquis de la mise en œuvre du projet.

f. Quelle est la durée de mise en œuvre de REAGIR ?

La durée de mise en œuvre du Projet REAGIR est de 5 ans (2015-2019).

Qui finance REAGIR et quel est son budget ?
Le Projet REAGIR est financé par le Ministère des Affaires Etrangères du Commerce et du Développement (MAECD) du Canada pour un coût global d’environ 35 milliards FCFA (75 millions CAN $).